Home Page Image
Home Page Image
Home Page Image
 
 

Découvrir Rohan - Histoire

retour


Des vicomtes de Porhoët aux ducs de Rohan : une continuité d’un millénaire


Eon de Porhoët
Sceau 1231

 


Alain III vicomte de Rohan
(1170-1195)
Sceau 1184



Idem



Geoffroy vicomte de Rohan
(1205-1222)
Sceau 1216



Idem
Sceau 1222



Alain VI chevalier de Rohan
Sceau 1298



Jean I vicomte de Rohan
(1352-1396)
Sceau 1380



Idem
Sceau 1387

 

La vicomté de Porhoët – issue de la maison de Bretagne par les comtes de Rennes qui régnèrent sur le duché de 990 à 1066 - constituait depuis le 11ème siècle, au cœur de la Bretagne centrale,  un immense territoire couvrant plus de 4000 km2 et comportant quelques 140 paroisses.

Guéthenoc, vicomte de Porhoët fonda en 1008 – au bord de la rivière d’Oust – la première forteresse et la cité qui allait prendre le nom de son fils : Josselin. Ce dernier se distinguera en 1066 à la bataille d’Hastings, lors de la conquête de l’Angleterre par le duc Guillaume de Normandie, Guillaume Le Conquérant.


En remerciement des services rendus, Josselin sera largement possessionné par le duc Guillaume le Conquérant dans le Bedfordshire, le Buckinghamshire, et dans le Gloucestershire. L'un de ses descendants s'établira au 12ème siècle en Angleterre et fondera la branche de "La Zouche".

Vaste territoire difficile à garder dans une seule seigneurie, la vicomté de Porhoët est démembrée au début du 12ème siècle.

Alain, fils cadet du vicomte Eudon de Porhoët, petit-fils de Josselin,  reçoit en 1120 la partie située à l’ouest de la rivière d’Oust. Son frère aîné Geoffroy – en charge du Porhoët depuis 1116 – conserve les territoires situés à l’est, dont Josselin, plus une douzaine de paroisses au sud de cette ville. La part d’Alain semble plus étendue que celle réservée à son frère, mais moins fertile et moins peuplée.

Alain s’installe primitivement à Castennec, en Bieuzy près de Pontivy, dans un site fortifié dominant un méandre du Blavet. Très vite cependant, il remonte au nord – vers l’Oust considéré comme l’artère principale du Porhoët – et fonde à Rohan, sa forteresse et sa cité (1127).

Du 12ème au 15ème siècles , les Rohan n’auront de cesse de consolider et d’élargir leur assise territoriale, par alliances, acquisitions, héritage, legs, échanges, confiscations…

Un cinquième du territoire breton.

Au tout début du 15ème siècle, les vicomtes de Rohan se trouvent à la tête d’immenses domaines.

Non seulement ils sont à nouveau maîtres de tout le Porhoët – reconstituant ainsi le fief d’origine de leur ancêtre Guéthenoc, mais également de multiples domaines répartis dans toute la péninsule. Leurs territoires couvrent un cinquième du duché de Bretagne. Ils s’étendent sur plus de 300 paroisses et les placent à la tête des héritiers bretons après le duc.

Au 15ème siècle, les vicomtes de Rohan occupent ainsi une place de premier rang dans la hiérarchie féodale bretonne.

Toujours à craindre, ils rivaliseront durant tout le moyen âge avec les ducs de Bretagne, au gré de leurs intérêts ; tantôt assurant avec loyauté les plus hautes charges du duché, tantôt en rébellion comme Jean II de Rohan  « le grand vicomte », dans les dernières années de l’indépendance bretonne.
 

 

Illustration des sceaux tirée des Mémoires pour servir de preuves
à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne par Dom Morice  1742-1744.
http://www.chd.univ-rennes1.fr


Clé de voûte
Chapelle de Bonne Encontre
© Jean-Luc Richet

 


haut

 

   

Histoire

Des lieux à découvrir

Rohan en chiffres

Tourisme